Problème de sommeil chez une petite fille de 2 ans

Ma petite fille âgée de 2 ans et demi était très nerveuse, refusait de se coucher le soir, se réveillait souvent la nuit, très agitée, et ma femme et moi étions épuisés et ne savions plus que faire. J’ai demandé à Florence si elle avait des idées de traitement naturel car nous ne voulions pas rentrer dans des traitements chimiques mais nous voulions que notre fille dorme et nous aussi! Après interrogatoire, elle m’a proposé un traitement homéopathique de fond contre l’anxiété ainsi que des granules pour les terreurs nocturnes et m’a proposé en plus si nécessaire, de la mélisse. Nous avons remarqué une amélioration en 3 jours et aujourd’hui, tout va mieux pour ma petite Lou, mais aussi pour les parents qui eux aussi, peuvent dormir en paix! Merci, Flo! Eric V.40 ans

Insomnies chez un homme de 71 ans suite à un cancer de la prostate

J’ai été victime, il y a deux ans, d’un cancer de la prostate qui a conduit à son ablation totale. Après cette opération j’ai eu un sommeil très perturbé ce qui était très nouveau pour moi.Mon généraliste m’a alors prescrit un somnifère chimique classique. Bien qu’efficace, je ne souhaitais pas prendre le risque d’une dépendance à ce produit dont on dit qu’il n’est pas anodin pour la santé. La lecture de l’ouvrage de Florence Raynaud, ma pharmacienne, m’a ouvert à des solutions alternatives plus « douces ».
Immergé dans un milieu familial de médecins,j’avoue qu’à priori j’étais plutôt sceptique sur l’efficacité objective de cette médecine dite « naturelle ».
Madame Raynaud m’a conseillé, à l’exposé de mes symptômes, une association d’HE Basilic et de comprimés d’Euphytose ( valériane).J’ai essayé immédiatement.Je reconnais très honnêtement que la prise régulière de ces produits m’a permis de retrouver un sommeil tout à fait satisfaisant . Merci à Florence Raynaud qui par sa large connaissance des produits naturels et son engagement personnel à promouvoir cette médecine alternative m’a encouragé à la tester et à trouver le traitement adequat. Guy F. 71 ans

Ménopause et traitement naturel

Il y a environ 3 ans, ma ménopause a démarré. J’ai commencé à avoir les désagréments de cette période de la vie des femmes, dont entre autres des migraines. Ayant un antécédent de thrombose, je ne pouvais pas prendre de THS. Je me suis soignée « autrement », d’abord par la médecine chinoise, puis par les huiles essentielles.Sur les conseils de Florence, j’ai utilisé de l’HE de menthe poivrée, en diffusion d’abord, puis en dilution dans un roll on avec je me masse les tempes, l’arrière du crâne, les côtés du front, selon l’endroit où la migraine montre son nez. J’essaie de l’empêcher de s’installer en y remédiant dès que je la sens pointer. Je passe aussi le roll on sur l’intérieur de mes poignets, là où le sang affleure.Depuis que je fais ces gestes simples, la fréquence de mes migraines ainsi que leur intensité ont diminué. Et surtout, je prends moins de médicaments (un béta bloquant qui me provoque des effets secondaires désagréables).Je ne me sépare plus de mon roll on de menthe poivrée, j’en ai toujours un dans mon sac.J’utilise d’autres HE pour d’autres pathologies, et je m’en sens bien mieux. Le produit est économique, et je n’ai pas d’effets secondaires avec. MA VIE A CHANGE ! Simone K.52 ans.

Toux séche et douloureuse

Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l’efficacité du traitement que vous m’avez conseillé de prendre récemment.
Je souffrais depuis au moins 3 mois d’une toux extrêmement sèche et douloureuse. Je me réveillais  parfois la nuit à cause de quintes de toux très violentes. Aucun traitement n’avais réussi à l’enrayer jusque là.
Vos conseils précieux se sont avérés très efficaces : 2 gouttes de  saro et 2 gouttes de majolaine à coquilles, 3 fois par jour durant 3 jours… Et, ô surprise, ma toux avait disparu le jour suivant. Encore merci ! Cela me prouve une fois encore que les traitements les plus  naturels sont souvent les plus efficaces.
Continuez sur cette voie ! Vous aiderez ainsi de nombreuses personnes parfois bien démunies devant des germes de plus en plus tenaces.Corinne D.50 ans.